Projets accélérés

Cohorte M10

Deux secousses M10 ont frappé de plein fouet l’écosystème entrepreneurial du Québec ce qui a permis de mettre en mouvement 11 regroupements d’entreprises avec le potentiel de rejoindre plus de 15 000 entreprises. L’objectif était simple : Identifier les meilleurs projets et offrir un support concret aux regroupements d’entreprises qui souhaitent devenir des courroies de transmission pour l’adoption de pratiques écoresponsables auprès de leurs membres.

Voici les projets sélectionnés qui passeront à la vitesse M10 :

CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL

5 000 ENTREPRISES MEMBRES

PROJET-PILOTE D’IMPLANTATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LES COMMERCES DE DÉTAILS

commerced

Le secteur du commerce de détail a un impact majeur sur l’économie, les collectivités et l’environnement. Deuxième plus grand employeur privé au Québec, il est un moteur essentiel à la vitalité de l’économie québécoise. Néanmoins, les entreprises de ce secteur doivent opérer dans un contexte changeant, notamment avec les objectifs environnementaux fixés par le gouvernement provincial et les municipalités, la croissance de la vente en ligne, ainsi que la nécessité de définir et de renforcer le sentiment d’appartenance de la clientèle aux établissements commerciaux. L’intégration du développement durable aux activités des entreprises de ce secteur devient une opportunité d’adaptation face à ces réalités.

À partir d’un groupe de 5 bannières québécoises issues de 5 secteurs différents du commerce de détail (pharmacie, quincaillerie, lingerie, escompte, art), un projet-pilote visant à définir, implanter et mesurer l’impact d’une série d’actions, telles que l’efficacité énergétique, l’approvisionnement local ou la gestion des surplus d’inventaire, est actuellement mis en place.

LE PORTEUR DE PROJET

Conseil québécois du commerce de détail

Créateur d’emplois et de richesses dans toutes les régions du Québec, le secteur du commerce de détail :

  • totalise des ventes de plus de 94 G$ par année;
  • regroupe plus de 56 000 établissements commerciaux répartis dans toutes les régions du Québec;
  • génère plus de 450 000 emplois au Québec.

L’intégration concertée du développement durable aux activités des entreprises de ce secteur devient une opportunité d’adaptation qui leur permettra d’affronter les nouvelles réalités de la vente au détail, telles que les objectifs environnementaux fixés par le gouvernement provincial et les municipalités, la croissance de la vente en ligne, ainsi que la nécessité de définir et renforcer le sentiment d’appartenance de la clientèle aux établissements commerciaux.

Identifier & mesurer les résultats d’actions écoresponsables et durables

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) veut aider son secteur d’activité à faire face à ces nouveaux enjeux. Ainsi, par la participation de ses membres et le financement du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation par le Fonds d’action québécois pour le développement durable, le CQCD a lancé un projet qui permettra de mettre en place des actions en développement durable dans 25 établissements de cinq sous-secteurs d’activité du commerce de détail. Des actions concrètes et pérennes seront entreprises en fonction de leurs effets durables sur l’environnement, de leurs impacts positifs sur les communautés locales, ainsi qu’en fonction de leur potentiel de réduction des frais de fonctionnement et d’un plus grand contrôle du risque d’affaires.

Le projet vise à identifier les actions écoresponsables et durables facilement implantables par les employés des commerces de détail et ainsi, à faire profiter de ses acquis et de ses conclusions à l’ensemble des établissements commerciaux répartis à travers le Québec.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

La réussite du projet passera par la collaboration technique et financière du plan d’accélération Magnitude 10, mais surtout par la participation des employés des entreprises partenaires:

  • Le Groupe Jean Coutu
  • Korvette
  • La Vie en Rose
  • DeSerres
  • BMR

Pour réaliser le projet, le CQCD s’est associé aux experts en développement durable et environnement de chez Takt-Etik et Chamard stratégies environnementales.

BUDGET TOTAL

193 000 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

90 000 $

DURÉE

20 mois

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Approche et rencontres ciblées
  • Promotion et diffusion d’information
  • Représentations et événements

Préparer à l’action :

  • Diagnostics et audits
  • Diffusion d’outils de préparation

Accompagner dans l’action :

  • Mise en oeuvre de plans d’action
  • Services-conseils et techniques
  • Reconnaissance de l’exemplarité

Maintien :

  • Engagement et ententes de continuité

 

En savoir +

Conseil québécois du commerce de détail (CQCD)
630, rue Sherbrooke Ouest, bureau 300
Montréal (Québec) H3A 1E4
514-842-6681, poste 208
FPaquet@cqcd.org
cqcd.org

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ASSOCIATION DES MANDATAIRES EN VÉRIFICATION MÉCANIQUE DU QUÉBEC

250 ENTREPRISES MEMBRES

IMPLANTATION DU PROGRAMME CLÉ VERTE AUPRÈS DES ATELIERS DE L’ASMAVERMEQ

garage

PROBLÉMATIQUE

Les ateliers mécaniques font face à différents enjeux, dont l’amélioration de leur image de marque, la concurrence sur les marchés et la rétention de personnel. L’adoption de pratiques écoresponsables permettrait de répondre à ces enjeux et depuis 8 ans, la Certification Clé verte a déjà convaincu plus de 700 garages automobiles d’adopter de telles pratiques. Cependant, la promotion qui en est faite ne permet pas de rejoindre adéquatement certains sous-secteurs de l’industrie des services automobiles, soit les ateliers spécialisés dans l’entretien des véhicules lourds, des autobus et les entreprises privées.

SOLUTION

Regroupant 250 ateliers de mécanique, l’Association des mandataires en vérification mécanique du Québec souhaite adapter la certification et, par des ambassadeurs, mobiliser le secteur des ateliers en véhicules lourds pour l’adoption des bonnes pratiques écoresponsables. En certifiant les ateliers, ceux-ci adopteront, par exemple, une meilleure gestion des huiles usées, formeront mieux leurs employés, offriront de meilleures conditions de travail et un meilleur service à la clientèle.

Certification environnementale des ateliers de services automobiles

Le programme volontaire de certification environnementale CLÉ VERTE offre à tous les ateliers de services automobiles (autos, camions légers et lourds) une reconnaissance et valorise les mesures environnementales implantées. Cette certification est une occasion de rehausser le niveau de gestion environnementale d’un atelier automobile et d’obtenir une attestation émise par un organisme indépendant. CLÉ VERTE est un outil fiable qui permet à l’automobiliste de choisir un atelier de service automobile respectueux de l’environnement.

Les exigences du programme se fondent sur les meilleures pratiques actuellement disponibles, issues de recommandations d’experts de l’industrie québécoise et de programmes spécifiques aux ateliers automobiles. Un atelier qui est certifié CLÉ VERTE récupère annuellement (en moyenne) un peu plus de 5 mètres cubes de métal, 22 mètres cubes de plastique et 155 mètres cubes de papier et de carton (sans compter toutes les matières dangereuses). En plus d’assurer la récupération de ces matières, le projet proposé permettra également de faire la prévention de la santé et de la sécurité et de favoriser la rétention et la mobilisation du personnel.

Pour trouver un atelier certifié près de chez vous, visitez le www.cleverte.org.

OBJECTIF 50

À la demande de l’industrie automobile, Nature-Action Québec (NAQ) a implanté en 2008 le programme CLÉ VERTE de concert avec les partenaires de la Table de concertation sur l’environnement et les véhicules routiers (TCEVRQ), le FAQDD et RECYC-QUÉBEC. Cette certification a démontré, par le passé, sa capacité à implanter efficacement des pratiques de développement durable dans les ateliers mécaniques du Québec. À ce jour, plus de 700 ateliers, surtout du secteur de la mécanique automobile, sont inscrits ou certifiés au programme CLÉ VERTE. Aujourd’hui, le plan d’accélération Magnitude 10 épaulera l’ASMAVERMEQ afin de convaincre 50 nouveaux membres de son réseau oeuvrant en mécanique lourde, à adhérer au projet. Véritable précurseur en matière environnementale, l’ASMAVERMEQ siège notamment sur la Table de concertation sur l’environnement et les véhicules routiers du Québec (TCEVRQ) et est le joueur de premier plan pour atteindre cet objectif ambitieux.

LE PORTEUR DE PROJET

Association des mandataires en vérification mécanique du Québec inc. (ASMAVERMEQ)

L’Association, fondée en 1989, a comme mission principale de regrouper, dans une association à but non lucratif, les mandataires en vérification mécanique, autant les contre-rémunérants (lourd, léger et véhicules gravement accidentés) que ceux qui adhèrent au programme d’entretien préventif (PEP). Depuis sa fondation, l’Association des mandataires en vérification mécanique du Québec a créé des liens de partenariat avec le ministère des Transports, la Commission des Transports, la Société de l’assurance automobile du Québec, le ministère de l’Environnement, le ministère des Ressources naturelles et le Contrôle routier. De plus, elle a développé des liens avec les associations et organismes liés à l’industrie du monde du transport.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

La certification CLÉ VERTE est gérée par un organisme indépendant, Nature-Action Québec (NAQ), qui a plus de 29 ans d’expérience en gestion de projets environnementaux. Cet organisme à but non lucratif a pour mission de guider les personnes et les organisations dans l’application de meilleures pratiques environnementales. Nature-Action Québec œuvre avec les municipalités, les entreprises, les organismes communautaires et les citoyens à la réalisation de projets collectifs contribuant à améliorer l’environnement, la santé, le bien-être et la qualité de vie de la population québécoise.

BUDGET TOTAL

98 210 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

43 400 $

DURÉE

20 mois

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Représentations et événements
  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer et mobiliser :

  • Atelier et formation

Accompagner dans l’action :

  • Démarche de certification

En savoir +

ASMAVERMEQ
2516 De La Laurentie,
Sherbrooke (Québec) J1J 1L4
T : 819-566-2917
jbavota@abacom.com
www.asmavermeq.ca
CLÉ VERTE
Nature-Action Québec
120, rue Ledoux
Beloeil (Québec) J3G 0A4
T: 450-536-0422, poste 412
nicolas.chaput@nature-action.qc.ca
www.cleverte.org

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

CORPORATION DE LA RÉSERVE DE CHARLEVOIX

40 ENTREPRISES MEMBRES

Laboratoire UNESCO de multiplication d’adoption de nouvelles pratiques d’écoresponsabilité au sein des PME régionales

biosphere

PROBLÉMATIQUE

L’intérêt de la région de Charlevoix pour le développement durable ne date pas d’hier. Déjà, en 2001, la ville de Baie-Saint-Paul devenait l’une des premières municipalités au Québec à se doter d’une planification et d’une stratégie de développement durable. Malgré tout ce travail, il n’en demeure pas moins que les changements d’habitudes et de pratiques prennent du temps et certains secteurs, pour différentes raisons, sont plus difficiles à toucher.

Dans ce contexte, et sous le leadership de la Corporation de la réserve de la Biosphère de Charlevoix, des acteurs politiques et économiques stratégiques de la région ont uni leurs forces pour mettre en œuvre une campagne de mobilisation qui, ultimement, amènera 100 PME à adopter des certifications en développement durable.

SOLUTION

Depuis mai 2016, la Coop de l’arbre, agent accrédité de la réserve de la biosphère pour le programme de reconnaissance, a l’objectif ambitieux de faire cheminer 100 PME et entreprises d’économies sociales via le programme.

L’obtention de certifications environnementales telles : Ici on recycle, carbone-paysage et gestion responsable d’événement est offerte aux PME participantes qui verront par le fait même, leur entreprise être valorisée. Des incitatifs économiques permettent à tous les entrepreneurs intéressés de bénéficier de ce projet laboratoire. L’Université Laval, via le laboratoire interdisciplinaire de la Responsabilité sociale des entreprises (LIRSE) est partenaire de recherche appliquée de ce projet.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

L’effet d’entraînement, la saine compétition entre les entreprises, le sentiment d’appartenance et la fierté liés au statut de Réserve de biosphère sont la clé de l’adhésion massive au projet. Le projet met de l’avant des éléments stratégiques d’améliorations pour les PME, tant pour leur compétitivité, leur durabilité que pour leur engagement public envers l’environnement.

LE PORTEUR DE PROJET

Corporation de la Réserve de la biosphère de Charlevoix

À travers le monde, les réserves de la biosphère sont des sites d’apprentissage désignés par les gouvernements nationaux et reconnus par l’UNESCO. Charlevoix est l’une des premières réserves de la biosphère habitée au Canada. Son territoire englobe la MRC de Charlevoix et la MRC de Charlevoix-Est. Le rôle des réserves de la biosphère est composé d’une fonction de conservation environnementale, une fonction de développement économique et humain durable et d’une fonction de soutien à la recherche, l’éducation et le transfert d’apprentissages.

La mission de la Corporation de la réserve de la biosphère de Charlevoix est de sensibiliser à l’environnement de Charlevoix. Sa vision est de devenir un acteur incontournable dans l’accompagnement des entreprises, des organisations et des citoyens pour l’amélioration de l’environnement (humain et physique) du territoire de la Réserve de biosphère de Charlevoix. Depuis 2015, cet accompagnement se concrétise dans le cadre du Programme de reconnaissance environnementale.

La  Corporation compte sur la motivation et la confiance de ses membres administrateurs qui participent financièrement à ce projet. Ce dernier s’adresse et répond aux besoins de 400 PME associées, membres de l’ATR régionale ou de la Chambre de commerce, et œuvrant sur le territoire des deux municipalité régionales de compté.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

50 % du projet est financé par la communauté charlevoisienne, dont voici les principaux acteurs :

  • La MRC de Charlevoix
  • La MRC de Charlevoix-Est
  • La Caisse Desjardins de Charlevoix
  • La Caisse Desjardins de Charlevoix-Est
  • La SÉPAQ
  • L’ATR de Charlevoix
  • CIHO FM
  • Le Charlevoisien
  • La Chambre de commerce de Charlevoix
  • Mme Caroline Simard, députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré et adjointe parlementaire de la ministre du Tourisme

BUDGET TOTAL

180 500 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

90 000 $

DURÉE

20 mois

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Approches et rencontres ciblées
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Mise en place de réseaux

Accompagner dans l’action :

  • Démarche de certification
  • Reconnaissance de l’exemplarité

Maintien :

  • Engagement et ententes de continuité

En savoir +

Corporation de la Réserve de la biosphère de Charlevoix
212, rue Sainte-Anne
Baie-Saint-Paul (Québec) G3Z 1P7
T : 418-265-4522
info@biospherecharlevoix.org
biospherecharlevoix.org

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

SOCIÉTÉ DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES DU QUÉBEC

241 ENTREPRISES MEMBRES

Modèle d’évaluation des pratiques sociales pour le tourisme culturel

bandeau_jazz

PROBLÉMATIQUE

L’engagement envers la communauté et l’acceptabilité sociale des organisations sont de plus en plus importants pour l’industrie du tourisme culturel, notamment pour mieux répondre aux exigences croissantes de la clientèle et des bailleurs de fonds gouvernementaux. Le secteur du tourisme culturel et autochtone souhaite mieux structurer l’évaluation de ses pratiques sociales, afin de les améliorer, de les mettre en valeur et d’amener les bailleurs de fonds à considérer ces avancées.

Adaptée à l’événementiel, la SATQ a déjà réalisé un outil d’évaluation des pratiques sociales qu’elle propose d’adapter au secteur du tourisme culturel et autochtone, et de tester grâce à la mobilisation d’acteurs formant deux groupes pilotes. L’association souhaite également guider les gestionnaires d’attractions culturelles dans l’implantation des meilleures pratiques sociales et à les aider à se doter de plans d’action et de cibles associées. Ces efforts permettent de générer des impacts positifs sur les clients, les travailleurs du secteur et leurs communautés.

SOLUTION

Dans le but d’assurer une gestion responsable, il est essentiel que l’industrie du tourisme culturel prenne en compte les impacts de leurs décisions et de leurs activités, et, en l’occurrence, qu’elle puisse évaluer ses pratiques. En ce sens, Festivals et Événements Québec propose aux organisations de tourisme culturel une nouvelle façon de s’évaluer, de se démarquer et de se faire reconnaître : le Modèle d’évaluation des pratiques sociales pour les entreprises/organisations du secteur du tourisme culturel (MEPS).

Peu d’outils existent actuellement pour démontrer l’apport social et culturel des organisations. Ce modèle d’évaluation des pratiques sociales viendra donc guider les attractions dans l’amélioration de leurs pratiques. Les résultats donneront des cibles à atteindre et inspireront les organisations à se doter d’objectifs pour leur plan d’action. Elles pourront, par exemple, identifier des opportunités d’affaires, innover dans leurs pratiques et assurer leur pérennité.

Tourisme culturel – les secteurs ciblés : Activité amérindienne, activité culturelle, agrotourisme, circuit, musée et centre d’interprétation, site historique, patrimonial et religieux, théâtre et salle de spectacle, visite industrielle.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

En collaboration avec de nombreux acteurs des domaines du tourisme culturel et du développement durable, l’équipe de la SATQ développera l’outil au cours des prochains mois en prévision d’un lancement à l’automne 2017. L’expertise acquise lors de la réalisation du Modèle d’évaluation des pratiques sociales pour les festivals et les événements sera mise à profit pour la réalisation de ce nouveau projet.

LE PORTEUR DE PROJET

Société des Attractions Touristiques du Québec

Respectivement fondés en 1975 et 1992, Festivals et Événements Québec et la Société des Attractions Touristiques du Québec sont deux organismes à but non lucratif ayant pour mission de regrouper les festivals, événements et attractions touristiques du Québec, de les promouvoir, de les représenter auprès de diverses instances et de leur offrir des services qui favorisent leur développement. Par le biais d’une gamme de services variés et adaptés, FEQ et la SATQ désirent apporter un soutien aux organisations de leur secteur afin de leur permettre de développer des produits et services de qualité.

 

BUDGET TOTAL

69 526 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

34 763 $

DURÉE

20 mois

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Approche et rencontres ciblées
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Diagnostics et audits
  • Diffusion d’outils de préparation

Accompagner dans l’action :

  • Services-conseils et techniques

En savoir +

Société des Attractions Touristiques du Québec
4545, Pierre-De Coubertin
Montréal (Québec) H1V 0B2
T : 1-800-361-7688, poste 3478
stheberge@satqfeq.com
satqfeq.com

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pôle des entreprises d’économie sociale de la région de la capitale-nationale

65 ENTREPRISES MEMBRES

TRANSITION ÉCOLOGIQUE

photo-ville

PROBLÉMATIQUE

Une grande proportion des membres du Pôle des entreprises d’économie sociale de la région de la Capitale-Nationale (Pôle) sont des entreprises de moins de 10 employés et donc des organisations avec des ressources limitées pour mettre en place des plan de gestion, des politiques de développement durable ou des pratiques écoresponsables.  Par contre, le Pôle constate un potentiel très intéressant d’engager plusieurs de ces entreprises dans cette direction. En effet, de par leurs fonctions, les entreprises d’économie sociale sont des acteurs de changement et sont sensibles aux différents enjeux de société.

SOLUTION

Le Pôle utilise une approche combinant la mobilisation et l’accompagnement personnalisé des entreprises. La première étape consistera en un atelier avec 15 entreprises. L’objectif sera d’offrir des connaissances de base sur l’implantation d’une stratégie écoresponsable en entreprises et de mieux connaître les besoins de celles-ci. La seconde étape sera axée sur l’accompagnement personnalisé adapté aux enjeux des entreprises participantes.  Une banque d’heures de coaching sera réservée aux entreprises afin de les aider individuellement dans leur implantation de ces bonnes pratiques.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

Le Pôle vise l’adoption de pratiques écoresponsables au sein d’une première cohorte d’entreprises d’économie sociale et la création d’un mouvement mobilisateur dans l’ensemble de son membership.

LE PORTEUR DE PROJET

Pôle des entreprises d’économie sociale de la région de la Capitale-Nationale

Mission :

  • Représenter les intérêts des entreprises d’économie sociale auprès des instances publiques et des acteurs socio-économiques
  • Promouvoir l’économie sociale
  • Favoriser la mise en place des conditions nécessaires à la création, la croissance et la consolidation des entreprises d’économie sociale sur l’ensemble de son territoire

PRINCIPAUX PARTENAIRES

  • Magnitude 10
  • Coopérative funéraire des Deux Rives
  • Recyclage Vanier
  • Québec’ERE
  • Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire (CSMO-ÉSAC)

BUDGET TOTAL

31 263 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

15 357 $

DURÉE

Mai 2017 à Avril 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Approches et rencontres ciblées
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Ateliers et formations
  • Mise en place de réseaux

Accompagner dans l’action :

  • Mise en œuvre de plans d’action
  • Services-conseils et techniques
  • Reconnaissance de l’exemplarité

EN SAVOIR +

Pôle des entreprises d’économie sociale de la région de la Capitale-Nationale
155, boulevard Charest Est
Québec (Québec) G1K 3G6
felix.bussieres@polecn.org
www.polecn.org

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE LAVAL

1 600 ENTREPRISES MEMBRES

TRANSFORMACTION PME

photo-laval

PROBLÉMATIQUE

La Chambre, en partenariat avec les entreprises, la Ville et ses partenaires régionaux, a mis au coeur de ses préoccupations l’intégration du développement durable dans les pratiques d’affaires des plus de 1500 entreprises membres comme nouveau moteur économique de la troisième plus importante municipalité du Québec. Et plusieurs actions importantes ont appuyé cette vision au cours des deux dernières années.

Malgré les diverses initiatives mises en œuvre par la Chambre, et si le niveau l’intégration des pratiques écoresponsables au sein des opérations des membres semble se situer dans la moyenne de la province, soit autour de 20%, il est de la responsabilité des entrepreneurs de participer à la transformation de leur milieu et de faire en sorte que les entreprises puissent avoir tout en main pour continuer de se développer et de prospérer.

C’est pour cette raison que la Chambre de commerce et d’industrie de Laval a placé le développement durable au cœur de sa vision et de ses valeurs.

SOLUTION

Par l’entremise du Programme TransformAction PME, la Chambre souhaite informer, sensibiliser et mobiliser les entreprises au moyen de différentes actions.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

La Chambre désire propulser l’adoption de pratiques écoresponsable et mobiliser ses membres afin qu’ils adoptent des pratiques en développement durable. Par les différents moyens déployés, la Chambre vise l’adoption de  nouvelles pratiques dans près d’une centaine d’entreprises d’ici la fin du projet.

LE PORTEUR DE PROJET

Chambre de commerce et d’industrie de Laval

Laval compte une population de 425 000 personnes et s’appuie sur une structure économique diversifiée. La Chambre y œuvre dans un esprit intergénérationnel et offre à ses membres une gamme de services de réseautage, de formation, d’accompagnement, de lieux d’échanges, des avantages commerciaux notamment.

Mission

La Chambre promeut et fait croître les occasions d’affaires pour ses membres par une offre de services permettant de les rassembler, de les informer et de représenter leurs intérêts.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

  • Cohésion-RSO
  • Conseil Technologies Ecofixe
  • Régional de l’environnement de Laval

BUDGET TOTAL

113 350 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

45 000 $

DURÉE

Mai 2017 à Avril 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Représentation et événements
  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Ateliers et formations
  • Diagnostics et audits
  • Diffusion d’outils de préparation
  • Mise en place de réseaux

Accompagner dans l’action :

  • Services-conseils et techniques
  • Reconnaissance de l’exemplarité

EN SAVOIR +

Chambre de commerce et d’industrie de Laval (CCIL)
1555, boulevard Chomedey, bureau 200
Laval (Québec) H7V 3Z1
T : 450-682-5255
info@ccilaval.qc.ca
ccilaval.qc.ca

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

CHAMBRE DE COMMERCE DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN

7 000 ENTREPRISES MEMBRES

LA MOBILITÉ DURABLE, C’EST PAYANT!

Photo-web

PROBLÉMATIQUE

Montréal est parmi les quatre villes les plus congestionnées au Canada. Les coûts annuels de la congestion pour la région métropolitaine s’élevaient à 1,7 milliard de dollars en 2015 et la majeure partie de ce problème est liée aux déplacements des employés. En effet, 54 % des travailleurs de l’agglomération montréalaise utilisent l’automobile pour se déplacer vers leur lieu de travail. La congestion a un impact négatif aussi bien sur l’environnement et la société que sur les entreprises et leurs employés. Les PME, qui constituent 90 % des entreprises de la région métropolitaine, ont un rôle actif à jouer dans l’amélioration de la situation, mais leur niveau d’engagement reste très faible en raison des incertitudes quant au rendement de leur investissement et du manque d’information, de connaissances et d’exemples inspirants.

SOLUTION

Afin de mieux faire connaître aux PME les pratiques écoresponsables en mobilité durable et de les encourager à mettre en place des mesures concrètes de gestion des déplacements, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) élaborera une stratégie de sensibilisation en utilisant divers canaux de communication. De plus, deux séances de formation seront organisées pour mieux outiller les PME dans l’implantation de mesures de mobilité durable au sein de leur organisation. Enfin, en mettant de l’avant des exemples d’entreprises modèles, la CCMM favorisera le passage à l’action chez ses membres en les guidant vers des pratiques efficaces, durables et avantageuses.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

L’objectif est d’amener les PME membres à passer à l’action pour diminuer l’utilisation de l’auto solo aux heures de pointe dans la région métropolitaine. La CCMM prévoit sensibiliser 40 000 contacts d’affaires, former 50 représentants de PME et engager au moins 10 entreprises dans cette démarche.

LE PORTEUR DE PROJET

Chambre de commerce du Montréal métropolitain

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a pour mission d’être la voix du milieu des affaires montréalais et d’agir pour la prospérité des entreprises et de la métropole.

La Chambre s’engage dans des secteurs clés du développement économique en prônant une philosophie d’action axée sur l’engagement, la crédibilité, la proactivité, la collaboration et l’avant-gardisme.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

  • Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports
  • MOBA/ Mobilité alternative
  • En collaboration avec Voyagez Futé

BUDGET TOTAL

239 516 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

45 000 $

DURÉE

12 mois

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Ateliers et formations
  • Engagements et défis
  • Diffusion d’outils de préparation
  • Mise en place de réseaux

Accompagner dans l’action :

  • Services-conseils et techniques
  • Reconnaissance de l’exemplarité

EN SAVOIR +

Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM)
380, rue Saint-Antoine Ouest, bureau 6000
Montréal (Québec) H2Y 3X7
T : 514-871-4000
info@ccmm.ca
www.ccmm.ca

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

MANUFACTURIERS ET EXPORTATEURS DU QUÉBEC

1 100 ENTREPRISES MEMBRES

MOBILISATION DES PME EN DÉVELOPPEMENT DURABLE

Photo MEQ

PROBLÉMATIQUE

Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) supporte les entreprises en matière de main-d’œuvre qualifiée, d’innovation et d’exportation, afin de renforcer leur performance et de mieux les positionner sur les marchés mondiaux.

Parmi ses actions, MEQ anime depuis une dizaine d’années un réseau en développement durable permettant le partage d’expertises entre ses membres. L’association souhaite apporter un appui plus spécifique aux PME membres de son association qui n’ont pas le temps de participer au réseau de développement durable.

SOLUTION

Plus que jamais, les entreprises doivent se démarquer dans un environnement d’affaires compétitif et le développement durable est un excellent moyen d’y arriver.

Autrefois réservé à la grande entreprise, le développement durable s’est depuis implanté à tous les niveaux, de la comptabilité, à la logistique, en passant par les opérations. Il permet de réduire les coûts et augmenter les parts de marché. En effet, de simples améliorations dans les modes de production peuvent grandement diminuer la facture d’électricité, les coûts d’approvisionnement et améliorer la politique de santé et sécurité des entreprises.

Pour de nombreuses PME, la conformité aux normes de fabrication durables est même devenue indispensable pour pouvoir signer des contrats et tisser des partenariats.

Dans ce contexte, Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) lance un guichet d’information pour les petites et moyennes entreprises souhaitant gagner en efficacité. L’objectif : orienter et accompagner les PME vers des ressources et des programmes de financement qui sont compatibles avec le développement durable.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

MEQ vise a établir le portrait des enjeux de ses membres PME, les assister dans l’accès à des ressources adaptées et permettre à dix entreprises de mettre en œuvre des actions concrètes favorables à leur compétitivité et au développement durable.

LE PORTEUR DE PROJET

Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)

MEQ est le leader pour vous aider à régler vos défis en matière de main-d’œuvre qualifiée, d’innovation et d’exportation. Ils discutent  de ces enjeux avec les autorités compétentes et les gouvernements afin de trouver des solutions. Ils offrent du support personnalisé, un calendrier riche en événements et du réseautage entre dirigeants. Ils sont aussi très influents sur la place publique, les tribunes et les médias.

MEQ discute aussi avec les gouvernements des questions reliées à la fiscalité et à la réglementation, afin d’avoir un environnement d’affaires plus concurrentiel au Québec. Forts de plus de 1100 membres, ils agissent à la grandeur du pays grâce à leur composante nationale Canadian Manufacturers and Exporters.

BUDGET TOTAL

78 190 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

35 190 $

DURÉE

Mai 2017 à Avril 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Approches et rencontres ciblées
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Diagnostics et audits
  • Diffusion d’outils de préparation

Accompagner dans l’action :

  • Services-conseils et techniques
  • Reconnaissance de l’exemplarité

EN SAVOIR +

Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ)
434, rue Saint-Pierre, bureau 200
Montréal (Québec) H2Y 2M5
T : 1-800-363-0226
info@meq.ca
qc.cme-mec.ca

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

LA GARE, COMMUNAUTÉ ENTREPRENEURIALE

75 ENTREPRISES MEMBRES

FORMATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR ENTREPRISES TECHNOLOGIQUES EN DÉMARRAGE

web gare

PROBLÉMATIQUE

Les entreprises technologiques en démarrage (startups) sont des organisations flexibles, avant-gardistes et qui visent une croissance rapide. Outre les startups qui ont inclut le développement durable au cœur de leur modèle d’affaires, le manque de connaissances contraint certaines startups à considérer leur impact environnemental et social comme un aspect secondaire à leur activité principale, et donc à négliger de planifier leur stratégie environnementale et sociale en vue de leur croissance rapide.

SOLUTION

La Gare complète ses services d’accompagnement aux entrepreneurs en offrant une série de formations en pratiques écoresponsables, ayant comme objectif d’outiller les startups en vue d’établir une stratégie d’impact environnemental. Ces outils permettront à chaque participant d’identifier les impacts environnementaux principaux de son entreprise et de mettre en place des mesures concrètes pour mitiger cet impact. Les mesures développées par les participants vont ainsi réduire leur empreinte environnementale de façon stratégique.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

Les entreprises participantes seront outillées sur cinq thèmes : l’intégration de du développement durable dans le modèle d’affaires de la startup; les chaînes d’approvisionnement vertes; les systèmes de gestion de la consommation d’énergie et de l’émission des gaz à effet de serre; les régulations, incitatifs fiscaux et certifications pour les pratiques écoresponsables; le marketing vert et axé sur la durabilité. L’adoption de pratiques écoresponsables tôt dans le développement des entreprises en croissance rapide, qui sont des pionnières dans de multiples industries, a donc le potentiel d’avoir un impact transformateur à grande échelle sur l’économie de demain.

LE PORTEUR DE PROJET

LA GARE, Espace collaboratif

La Gare est un espace de travail collaboratif situé en plein cœur du Mile End de Montréal qui offre un lieu de rassemblement dynamique à la communauté entrepreneuriale de Montréal grâce à des espaces de travail, des évènements et des programmes de support misant sur le professionnalisme, la taille humaine et la diversité. Cette diversité et proximité est fondamentale à la création d’un environnement propice à la collaboration et au développement de nos entrepreneurs. Nous cherchons ainsi à transformer la réalité des entrepreneurs. La Gare œuvre au niveau local, avec audace et authenticité. Excellence et intégrité guident chacune de nos actions afin de maximiser notre impact sur la communauté.

BUDGET TOTAL

90 065 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

45 000 $

DURÉE

Avril 2017 À Mars 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et mobiliser :

  • Site Web, réseaux sociaux et applications
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Ateliers et formations
  • Diffusion d’outils de préparation
  • Plans d’action et politiques

Maintien :

  • Sondage de suivi

EN SAVOIR +

La Gare, communauté entrepreneuriale
5333 avenue Casgrain, suite 102
Montréal (Québec) H2T 1X3
T : 514-618-6439
info@garemtl.com
garemtl.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

CORPORATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

35 ENTREPRISES MEMBRES

ÉLABORATION D’UNE STRATÉGIE VISANT LE PASSAGE À L’UTILISATION DES FINITIONS À BASE D’EAU DANS L’INDUSTRIE DES PRODUITS DU MEUBLE ET DES BOIS D’APPARENCE

web corpodd

PROBLÉMATIQUE

Le secteur de l’industrie de la fabrication de produits en bois regroupe des manufacturiers de plusieurs types de produits dont les principaux sont : menuiserie architecturale, mobilier résidentiel ou de bureau, armoires de cuisine et de salle de bain et cercueil. Le Québec compte plus de 2000 entreprises dans ce secteur d’activités. Plusieurs de ces industries doivent appliquer des produits de finition sur différentes surfaces et elles utilisent en très grande majorité des produits de finition à base de solvant. Lors de l’application et de l’étape de séchage, les composés organiques volatils (COV) contenus dans ces produits de finition sont évacués dans l’atmosphère.

SOLUTION

Le projet vise à produire un plan stratégique pour favoriser le déploiement des finitions à faibles impacts environnementaux (principalement ceux à base d’eau, mais aussi les produits UV et en poudre), dans l’industrie du meuble et des bois d’apparence. Un plan étoffé de transition basé sur un cas réel permettra d’assurer une diffusion des apprentissages via un réseau de relayeurs de l’industrie. Au terme de ces travaux, les barrières à la transition et les solutions à envisager pour les surmonter seront connues.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

Des études ont démontré qu’il est possible d’utiliser à l’échelle industrielle les produits de finition à base d’eau. Certaines contraintes freinent le déploiement de ces produits comme par exemple le prix du produit, l’acquisition de nouvelles compétences, l’assurance sur la qualité et la durabilité des produits de finition à base d’eau, etc. Afin d’amorcer réellement la transformation des entreprises et réussir ce passage à une échelle provinciale, le projet vise à documenter les freins aux déploiement et à créer et rendre disponible les outils (plan d’aménagement, d’acquisition, de formation, etc) qui permettent des les faire tomber. Une seconde phase prévoit une tournée de promotion auprès des entreprises membres des associations d’entreprises partenaires du projet.

LE PORTEUR DE PROJET

Corporation de développement durable

Constituée à Victoriaville en 2012, la Corporation du développement durable (la « CDD ») regroupe des membres de différentes natures : citoyen, commerce, industrie.

Sa vocation est de promouvoir les meilleures pratiques en développement durable et en soutenir l’application auprès des citoyens et des organisations tant publiques que privées.

La CDD entend ainsi mobiliser les forces vives du milieu afin d’accélérer l’adoption des pratiques écoresponsables tant au niveau des citoyens, des institutions que des entreprises. Le conseil d’administration reflète cette réalité avec une représentativité des secteurs publics et privés.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

  • Magnitude 10
  • Inovem
  • Fournitures Funéraires inc.
  • Ville de Victoriaville
  • Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CLD)
  • SADC Arthabaska-Érable
  • Créneau accord meuble et bois ouvré
  • Association des fabricants de meubles du Québec
  • Association des Manufacturiers de Menuiserie Architecturale du Canada, Section Québec

BUDGET TOTAL

126 500 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

45 000 $

DURÉE

Avril 2017 à Mars 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et sensibiliser :

  • Représentations et événements
  • Promotion et diffusion d’information

Préparer à l’action :

  • Diagnostics et audits
  • Plans d’action et politiques
  • Ateliers et formations

Accompagner dans l’action :

  • Reconnaissance de l’exemplarité

EN SAVOIR +

Corporation du développement durable
Victoriaville (Québec)
T : 819-806-1416
blefrancois@cdevr.ca
www.corpodd.com

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ETHIK BCG

80 ENTREPRISES MEMBRES

L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ET LES PME EN MODE ÉTHIQUE

Sans titre 6

PROBLÉMATIQUE

Les entreprises montréalaises de la mode sont conscientes du potentiel de l’économie circulaire, mais en tant que PME et TPE aux ressources limitées, l’intégration de ces principes s’avère difficile. Pourtant, l’important potentiel de cette industrie, entre autres par la réutilisation des invendus dans la fabrication de nouveaux produits, permet d’anticiper des avancées importantes.

Voici les trois principaux enjeux qui touchent le secteur de la mode éthique à Montréal :

  1. l’approvisionnement responsable;
  2. la gestion de déchets textiles;
  3. l’analyse et la communication des gestes écologiques posés par l’entreprise.

SOLUTION

Sélectionné par Ashoka international comme une des 20 entreprises qui proposent des pratiques responsables dans l’industrie de la mode, ETHIK BGC souhaite proposer à ses membres des outils pour comprendre et appliquer des réflexes d’économie circulaire dans le monde de la mode à Montréal. Par des approches de « design thinking » et de « living labs », le projet vise également à identifier des solutions sur l’intégration des 3RV et de l’approvisionnement responsable, en plus de mesurer l’engagement des entreprises.

Le projet vise à travailler avec des entreprises du secteur de la mode et du textile pour la création de «business case» et l’implantation de pratiques de circularité et de développement durable dans les PME de l’industrie de la mode à Montréal. Dans une étape ultérieure, certains maillages pourront ainsi être mis en place avec d’autres membres du secteur.

Cette approche touche aux quatre enjeux traités par les principes de l’économie circulaire, de manière à informer les entreprises sur le processus d’intégration des 3RV dans les différentes échelles de production; de les outiller quant à l’approvisionnement responsable disponible selon l’économie circulaire et également de partager des indicateurs adaptés à leur réalité, afin de faire valoir leur engagement social et environnemental.

CHANGEMENTS ANTICIPÉS

Entrainement d’approches collaboratives, implantation de pratiques de développement durable entre entreprises PME Mode et développement de synergies dans un contexte d’économie circulaire.

LE PORTEUR DE PROJET

ETHIK Boutique & eco-design hub

Ce regroupement d’entreprises vise à promouvoir le développement durable et les principes d’économie circulaire, à la fois avec les productrices et les citoyens(es), ainsi que de promouvoir les produits textiles issus de cette démarche. Ils sensibilisent les consommateurs et les entreprises quant à leur empreinte sur l’environnement et sur les pistes d’action concrètes pouvant être mises en place pour vivre dans une société plus responsable.

PRINCIPAUX PARTENAIRES

  • Connexion vêtement
  • PME MLT
  • SODER
  • Recyc Québec
  • Ville Montréal

BUDGET TOTAL

114 000 $

FINANCEMENT ACCORDÉ

45 000 $

DURÉE

Avril 2017 à Mars 2018

MOYENS PRIVILÉGIÉS

Informer et sensibiliser :

  • Promotion et diffusion d’information
  • Approches et rencontres ciblées

Préparer à l’action :

  • Ateliers et formations
  • Mise en place de réseaux
  • Diffusion d’outils de préparation

Accompagner dans l’action :

  • Services-conseils et techniques

EN SAVOIR +

ETHIK BCG
6750 avenue de l’Esplanade, bureau 102
Montréal (Québec) H2V 4M1
T : 514-656 6929
info@ethik-bgc.ca
ethik-bgc.ca

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer